La Panacée, nouveau centre de culture contemporaine de Montpellier présente son exposition inaugurale « Conversations électriques » du 22 juin au 15 décembre 2013 . Les œuvres choisies pour cette exposition proposent des configurations diverses entre le direct et l’enregistré, la proximité et la distance, l’humain et le non humain, l’émotion et les données. L’exposition invite à découvrir une mosaïque visuelle et sonore, à la fois entrelacs de motifs et mise en résonance successives, entre conversation et media, art et conversation, conversation et lieu, conversation entre le lieu et la ville, pour appréhender et vivre toutes les formes de conversation à l’ère du numérique… Avec les œuvres de : Ralf Baecker, Andreas Bunte, Francesco Finizio, Matthias Gommel, Wesley Grubbs & MladenBalog, Komar & Melamid, Geoffrey Mann, Magali Desbazeille, Ben Rubin & Mark Hansen, Megan Leigh Smith, Ursula Lavenric & AukeTouwslager, Kit Galloway & SherrieRabinovitz, Célia Picard, ThomasWeyres…

[...]

L’Exposition itinérante « 50 ans du SYNAP, 50 dessins de presse » prend ses quartiers d’été à Montpellier du 14 au 30 juin 2011. Il s’agit de la dernière étape d’un périple qui a traversé toute la France en passant respectivement par Paris, Reims, Angers, Nice, Cholet, Nantes, Metz, Nancy et Lyon. Inaugurée le 16 septembre de l’an dernier, au Press Club de France, l’exposition anniversaire des 50 ans du SYNAP a réuni de nombreuses personnalités du monde des médias et de la communication, accueillies par Frédérique Pusey, présidente du SYNAP. L’Exposition itinérante de dessins de presse autour de l’information et de la Communication a été créée pour marquer d’une pierre blanche les 50 ans du SYNAP. Cette exposition à la fois ludique et informative constitue l’occasion de mettre en lumière les métiers d’attachés de presse et de conseillers en relation publiques. Elle est accueillie pour trois semaines par le Club de la Presse de Montpellier, du 14 juin au 30 juin 2011. Attachés de presse, dessinateurs de presse, consultants en relations publiques, journalistes, chargés de communication des mairies, étudiants en communication etc. sont invités à échanger ensemble sur les 4 grandes thématiques auxquelles le dessin de presse confère toute sa force d’expression : Les métiers de RP – Image(s) Information et Communication Information et Pouvoir de l’Information Les limites de l’Information L’exposition sera également présente lors de la Nuit de la Presse le 30 Juin 2011.

[...]

Un album et plusieurs EP dont le dernier « Bloquer le Pays » confirment la tendance d’un son qui se radicalise. Un groove reggae avec des accents urbains, hip-hop et des guitares saturés, c’est sans détour que ce combo parisien souhaite soutenir ici les mouvements contestataires et leurs revendications. Aquatics, c’est déjà une centaine de concerts dans toute la France et à l’étranger (Rototom Reggae Sunsplash en Italie), des premières parties (Max Roméo à l’Élysée Montmartre, Winston McAnuff), des salles parisiennes remplies (New Morning, Maroquinerie, Petit Bain) et en province (L’Antirouille à Montpellier, La Moutete à Orthez…) et du partage avec d’autres groupes français (Danakil, Tu Shung Pen, Naaman…). « Décroissance » – Un titre cru et efficace pour prendre à contre-courant les messages incessants qui nous poussent à produire davantage, à consommer encore et encore.« Aquatics nous livre ici avec « Décroissance » un album tout en français plein de ferveur, de colère mais aussi d’optimisme. Cet éclat d’émotions se ressent tant dans la production explosive que dans les paroles vibrantes.Des ritournelles enivrantes sur fonds de reggae, de rock et d’acoustique popularisés avec des mots méticuleusement choisis. »

[...]

Le groupe de rock The Greyguts vient de lancer son dernier album « Pristine sexual device » composé de huit titres. The Greyguts est un groupe formé de trois jeunes musiciens de 25 ans ( Mike au chant/ guitare rythmique, Raphaël à la batterie, François à la basse) influencés par le son des 60’7°’s en passant par les années 90. Ils représentent huit litres de sueur animale. Ils proposent d’ailleurs des morceaux aussi puissants et rapides que mélodiques portés par des textes tragi-comiques et acerbes. Ils baptisent eux-même cette musique d’amphétamine-pop, un mélange savant d’adrénaline et de mélodie dansante. Ayant écumé les routes de France pendant plus de cinq ans, et comptant à leur actif plus de 150 concerts, ils s’attellent aujourd’hui à élargir leur public à la recherche sans cesse d’une nouvelle scène à conquérir. Ils marquent alors au fer rouge des villes du sud de la France comme Montpellier, Nice, Marseille, Toulon, sanary-sur-mer, six-fours, Hyères ou encore Giens. Les Greyguts sont maintenant incontournables sur la scène parisienne et ont eu récemment l’occasion de jouer à Amsterdam, première ville victime de leur conquête de l’Europe. Ils ont eu l’opportunité de collaborer avec des artistes comme Geka koncept – un collectif de street art, Fosca more – artiste tatoueur, et Théo fevez – photographe de l’underground parisien. Après la sortie d’un quatre titres en 2009 bien accueilli par la critique, ( élogieuse critique dans le Rock’n’folk de mars, contrat internet believe, interview à la grosse radio, punk society etc). Ils sortent aujourd’hui un maxi huit titres « pristine sexual device ». Au cours de ces nombreux concerts, ils ont eu notamment l’opportunité de partager la scène avec des musiciens de talents comme les Dolipranes, Appletop, les Prostitutes, the High learys (australia), the Dirty Fences (brooklyn) …

[...]

Découvert sur la Toile, Lartino tenait à vous présenter ce mois-ci The Greyguts. Ce groupe Rock Garage, composé de 4 garçons déjantés aux influences style Ramones, White Stripes ou Metallica, prépare depuis maintenant un an un album et vient de tourner un premier clip qui a déjà fait 800 vues en 5 jours ! A découvrir… Bonjour les garçons, pouvez-vous svp vous présenter aux lecteurs de Lartino ? Salut, on est les Greyguts. Le groupe est composé de Mike à la guitare et à la voix, Raph à la batterie, François à la guitare et aux choeurs et Deedee à la clavicule fêlée. Pour faire simple, respectivement ça donne et tout ça dans l’ordre : 21 ans, 21 ans, 25 ans et 14 ans, si on juge au poids! The Greyguts  … pourquoi ce nom? François: L’origine du nom de notre groupe, à savoir « The Greyguts » m’est inconnue, ça doit être une de ces blagues liées à l’alcool. Je ne sais pas pourquoi on s’appelle comme ça, mais ça doit avoir un lien avec le fait que ça sonne bien. On l’a très certainement entendu dans une chanson, mais on ne sait plus laquelle. Mais ça sonne bien. Non ? Quelles sont vos tendances musicales, vos influences artistiques ? Raph : En premier lieu, nous nous sommes rencontrés sur Metallica et les Ramones et c’est à peu près tout. Par la suite, à force de traîner ensemble, nous avons mis en commun tout ce qu’on écoutait. Ça va de la musique électronique « cheap » au métal en passant par 50 ans de blues et de rock, de Elvis à Joe Strummer en passant par Robert Smith, David Bowie, Lemmy Kilmister, Lee Perry. Nous sommes très ouverts à tous les styles et toutes les époques avec une préférence pour la musique amplifiée. On peut citer les Ruts, les Stranglers, les Strokes, Foo Fighters, les New York Dolls, Siouxsie and the Banshees, Eddie and the Hot Rods, the Saints, les Yardbirds, les Who, les Ramones, Motorhead, Ghinzu, Burzum, The Sonics, Dr Feelgood, Wolfmother, les White Stripes, les Buzzcocks, les Pink Floyd, etc. Que pensez-vous de la musique actuelle (ce qui passe sur les grandes radios) ? François: J’ai découvert le dubstep et j’aime assez. Disons que ce qu’il serait bien c’est de sortir le son de clavier de la musique dansante et d’arrêter de faire la même chanson avec le même son et la même méthode de composition qui a été fatale à Justice. Ils avaient réussi à inventer un son qui a été repris tellement de fois qu’il en est devenu insupportable. Sinon je ne suis pas très objectif puisque je n’écoute pas la radio et quand je le fais, je n’écoute que Nostalgie. J’aime beaucoup la chanson française des années 60 et 70 mais j’imagine que ce n’est pas de ça qu’on parle. Je suis plus Internet. Je pense que la musique de maintenant est plus basée sur la danse que sur la composition de sonorités innovantes. Mike : On n’entend

[...]

La galerie Un oeil ouvert (à Villeneuve-Loubet Village près de Nice) accueille, jusqu’au 27 janvier, l’exposition 50 ans du SYNAP,50 dessins de presse, avec un focus spécial sur le dessinateur de la région à la renommée internationale : KRISTIAN. Le SYNAP (Syndicat National des Attachés de Presse et Conseillers en Relations Publiques) a fêté en 2010 ses 50 ans. 50 années dédiées à la promotion des métiers d’attaché de presse et de conseiller en relations publiques. Pour marquer d’une pierre blanche cet événement, une exposition itinérante de dessins de presse autour des métiers de l’information et de la communication a été organisée avec la contribution de dessinateurs de presse talentueux : Coco, Delestre,Delucq, Fanch, Goubelle, Hector, Kristian, Million, Peb & Fox, Plantu. Inaugurée le 16 septembre dernier au Press Club de France, à Paris, l’exposition est actuellement accueillie par la galerie d’art « un oeil ouvert ». Une exposition particulière en ce lieu puisqu’elle est complétée par un focus sur le dessinateur bien connu de la région et à la renommée internationale : Kristian. L’exposition « 50 ans du SYNAP, 50 dessins de presse » se définit à la fois comme : une exposition ludique et informative à destination des professionnels de la communication et de l’information, qu’ils relèvent du secteur public ou privé, des écoles de communication, des entreprises, des institutions… une exposition pour le grand public en direction des amateurs de dessins de presse, des étudiants, des familles, des professionnels des RP… une exposition itinérante accueillie à Angers, Cholet, Lyon, Metz, Montpellier, Nancy, Nantes, Nice, Paris, Reims et présentée en libre accès dans des espaces publics ou des lieux culturels une exposition durable véritable manifeste pour une information éthique, juste et au service de l’intérêt général

[...]

The Slugz est un groupe de pop/punk français formé en 2004. Nouveau phénomène «rock» aux capacités étonnantes, The Slugz, composé de cinq membres, a conquis son public avec plus de 450.000 visites sur Myspace, confirmé par une série de concerts en France, qui les a classé au Top des Artistes Pop Punk français. Le groupe est considéré par les médias et le public français comme la valeur sûre de la pop punk nationale. Une réputation qui permet au groupe de toujours jouer devant des salles combles, dans toutes les villes du pays, dont un mémorable concert à Lyon le 01/10 en compagnie du groupe US « Forever The Sickest Kids ». Depuis le groupe est  écouté à travers le monde entier, à tel point que MJF PRODUCTIONS  vient de les faire signer sur le label Canadien « Skin Flint Records » pour une sortie Canada/Amérique du Nord. Leur projet ? Réussir et percer à l’étranger (déjà en bonne voie) pour s’inscrire dans la vague pop/punk du moment, relancer le mouvement pop/punk en France. Concerts à venir 27 Octobre : LYON @ Le Slash2 Novembre : PARIS @ La Scène Bastille5 Novembre : MONACO @ l’ AJM6 Novembre : CANNES @ WMC (Showcase) [16h]6 Novembre : CANNES @ The Kingdom Pub [20h]4 Décembre : AMBERIEU EN BUGEY @ l’ Arlequin18 Décembre : MONTPELLIER @ Le Baloard11 Mars : BORDEAUX @ Le Cuvier de Feydeaux      [DATE A  CONFIRMEE ]12 Mars : ROCHEFORT @ La Poudrière

[...]

Le Troisième élément expose Stanker Design Bidon jusqu’au 8 octobre. L’élégante boutique galerie marseillaise de Christine Seyer présente le meilleur de Stanker, le design bidon bien sûr, mais aussi quelques nouvelles pièces des collections Motxo et Sink Sink. Stanker Design Bidon participera également au 14ème FREE MARKET de Montpellier les 2 et 3 octobre prochains, avec quelques nouveautés dont Moon, suspension bien brassée, et une sélection de pièces à petits prix !

[...]

Après 6 tournées triomphales de La Nuit du Zapping (+ de 570 000 spectateurs), Solidarité Sida reprend la route avec une nouvelle formule qui crève l’écran : Le Grand Zapping Show. 10 soirées exceptionnelles, gratuites et à la belle étoile pour faire reculer le sida. Voilà trois ans que Solidarité Sida prépare cette nouvelle recette du Grand Zapping Show dans le plus grand secret. Au programme : un concentré sur écran géant de tout ce que la télé a laissé passer plus ou moins volontairement ces vingt dernières années. Des événements tour à tour émouvants, drôles ou décalés sans commentaire superflu, entrecoupés de films de prévention soigneusement sélectionnés. De la chute du mur de Berlin au terrible Tsunami, des dérapages aquatiques de la télé devenue réalité à l’univers impitoyable du « Maillon Faible », de la disparition du « roi de la pop » au petit monde déroutant de nos amis les bêtes… tout y est ou presque. Préparez-vous à un big-bang d’images cultes et d’émotions fortes qui devrait marquer les esprits et séduire jeunes et parents. Rendez-vous à: Paris-Champ de Mars (10 & 11/09) Châlons-en-Champagne – Foire de Châlons (3/09) Nantes – Île Gloriette (24/09) Bordeaux-Cenon – Parc Palmer (25/09) St Quentin – Place Hôtel de Ville (1/10) Le Havre – Parvis Hôtel de ville (2/10) Nice – Place Masséna (8/10) Montpellier – Parc du Peyrou (9/10) Grenoble – Anneau de vitesse (16/10)

[...]

A l’approche du festival d’Avignon Off, Lartino a souhaité en savoir plus sur l’une des troupes qui sera présente à l’Espace Alya du 8 au 29 juillet dans le cadre de ce festival. Le collectif Dérézo y présentera son spectacle intitulé « Qui ? » mis en scène par Charlie Windelschmidt. Rencontre … Bonjour Charlie Windelschmidt, pouvez-vous vous présenter ? Je suis metteur en scène et directeur artistique au sein du collectif trans-théâtral Dérézo de Brest. Pouvez-vous nous parler du collectif Derezo? Le collectif est né d’une promotion (1996) de l’ENSATT, école supérieure des arts et techniques du théâtre, autrement nommée « rue blanche ».Au fil des rencontres, nous nous sommes implantés solidement à Brest en 2000 véritable point de départ de l’aventure collective.Nous avons ensuite été conventionné en 2002 avec le Ministère de la Culture, la Région Bretagne, le Conseil Général du Finistère et la Ville de Brest.Nous sommes une vingtaine d’artistes d’horizons différents (jeu théâtral, danse, arts plastiques, vidéo, écritures, musique…) et nous nous intéressons à l’idée d’un théâtre au cœur duquel l’écriture peut entretenir un rapport privilégié avec les autres arts. Nous produisons des formes en intérieur comme extérieur, et dans des esthétiques singulières dont l’acteur est toujours le centre. Par exemple nous développons des recherches poussées sur le masque, sur l’intégration des nouvelles technologies au spectacle vivant, sur des formes de présences artistiques immergées dans le réel, les gares par exemple… Le collectif se produira en juillet au festival d’Avignon, pouvez-vous nous en dire plus sur le spectacle « Qui ? » qui sera joué à cette occasion ? C’est la rencontre poétiquo-politique entre notre collectif Dérézo et le collectif d’auteurs Lumière d’août de Rennes. J’ai passé dans un premier temps une commande à I Made Anom, un facteur de masque de Bali, petite île indonésienne, qui a donc fabriqué ce masque sur mesure pour notre spectacle. Ensuite, la clef de la commande d’écriture, au-delà du masque, fut le mot « Qui ? ». Une idée force pour appeler à critiquer les positions médiatiques et politiques de nos contemporains à travers des jeux sémantiques, symboliques ou plus violemment commerciaux. Le travail a fait le reste entre écriture en répétitions et partage des problématiques d’esthétiques et de techniques, dues notamment à la complexité de la discipline qu’est le masque. A quel type de public s’adresse ce spectacle ? Ce spectacle s’adresse à ceux qui croient que le théâtre est un outil à penser le monde, sans démissionner de l’humour et de la fête. A des citoyens percevant encore une différence entre art et divertissement. Même si les deux doivent trouver leur place, l’un ne doit pas taire l’autre. Où pourra-t-on voir également prochainement la troupe ? Le collectif sera présent la saison prochaine à Montpellier (Domaine d’O) avec Virthéâ (spectacle intégrant les travaux menés avec, entre autres, le Centre Européen de Réalité Virtuelle et le Fourneau, centre national des arts de la rue). Nous serons pour deux saisons à la Filature, scène nationale de Mulhouse, avec le metteur en scène Valéry

[...]