Cet été, les pianos s’invitent dans plusieurs espaces publics et les rues de la capitale. Il s’agit d’une manifestation organisée par plusieurs artistes, à l’initiative de Luke Jerran. Les habitants et les touristes à Paris pourront donc profiter de plusieurs concerts improvisés à différents endroits, à partir du 13 juin et jusqu’au 10 juillet 2014. La manifestation s’intitule « Play me, I’m yours» et se concrétisera à travers plusieurs concerts qui auront lieu sur les Champs Elysées, dans le Parc des buttes de Chaumont, à Montmartre, à la Cité de la Mode et sur d’autres rues célèbres de la capitale. Pour les habitants et les touristes, l’événement sera une occasion de découvrir le piano et la musique classique. Une manifestation pour donner une nouvelle vie aux pianos Les organisateurs mettront à disposition des passants une cinquantaine de pianos dans plusieurs rues et places insolites. Organisé pour la deuxième fois, l’événement a pour objectif de donner une seconde vie aux pianos grâce aux techniques de l’artiste Nathalie Junis. Pour ceux qui ne la connaissant pas, Nathalie Junis est une artiste parisienne originaire de Carcassonne, qui s’est spécialisée au fil du temps dans la customisation des instruments musicaux. Son travail consiste principalement à décorer les pianos et les ukulélé en utilisant une technique originale. Cette passionnée des arts plastiques a eu déjà des expositions de tableaux et d’instruments musicaux personnalisés en France comme à l’international. La customisation des instruments musicaux En ce qui concerne la personnalisation des pianos, les passants pourront admirer des peintures à motifs ou des portraits de différents personnages célèbres. La décoration sera réalisée par une soixantaine de plasticiens, qui adapteront leurs œuvres à chaque emplacement (parc, rue, jardin de musée, etc.). Pour les personnes désireuses de s’initier aux arts plastiques, « Play me, I’m yours» a organisé du 14 au 18 juin dernier plusieurs ateliers de customisation aux Halles. L’occasion idéale pour décorer soi-même un piano. Les animations « Play me, I’m yours» L’événement « Play me, I’m yours» sera accompagné de plusieurs concerts réalisés par des musiciens amateurs et confirmés. A destination des passants intéressés par la découverte les pianos, ils proposent également quelques ateliers d’initiation gratuits. Pour les amateurs de concerts, l’événement invite les passants à plusieurs représentations le 25 juin. Une occasion de chanter et danser, mais aussi de participer à plusieurs jeux-concours.

[...]

Entre la Belgique, la Suisse, le nord de la France et finalement Lyon, c’est un cheminement intime où chaque pas compte et pèse parfois très lourd. Sa musique et ses textes reflètent les périodes de la vie : l’enfance, qui perd son innocence et son insouciance trop vite face à un monde de « grands » qui se déchire et détruit l’autre ; l’adolescence avec ses troubles, ses ruptures et ses secrets ; l’âge adulte avec ses doutes, ses rencontres, ses richesses. Autant d’ambiances, de temporalités différentes, d’utopies aussi pour rester debout. Après la séparation et ses tabous (« Mon père »), l’enfant retrouve l’espoir en internat. Pour rendre hommage à tous ceux qui s’engagent à aimer et rendre heureux des enfants arrachés à leur famille, Sigrid compose une balade qui mêle des sons pop pétillants et un brin de mélancolie (« Le château du roi»).  Après une adolescence qui cherche ses propres limites ( « Le secret »), elle découvre un « refuge » (« Mi Amparo ») chez une grand-mère espagnole et se reconstruit. Peut-être est-ce pour cette raison que Sigrid écrit ce titre unique en espagnol qui réchauffe comme un bain de soleil après un trop long hiver. Adulte, Sigrid éprouve ses limites, ses choix, ( «  la fuite » , et « reste toi »)  rencontre l’amour avec ses hauts  et ses bas (« Elle s’immisce ») et la musique. Elle apprend alors la guitare mais compose au piano et se passionne pour le gospel. Adulte encore, elle se frotte à l’ambition, aux questions que pose notre mode de vie ; elle interroge sur ce qu’est la réussite et le sens de notre présence dans ce monde. C’est  « Un très vieux rêve »  qui s’impose comme premier single de cet album éponyme avec des sonorités originales qui évoquent Kate Bush. Sigrid s’est construite en assemblant les pièces d’un puzzle difficile, en cherchant les plus belles couleurs pour entourer les plus sombres. Et elle se restitue dans ses chansons comme pour évacuer les moments trop durs ou témoigner pour ceux qui ne peuvent le faire. Sigrid est un voyage en intériorité où l’on ouvre les fenêtres, toujours, pour ne pas rester enfermé. Soulever les tabous de la maltraitance vue par les yeux d’un enfant et se battre pour faire stopper ça (« L’omerta »),  tel est le pari qu’elle prend pour exprimer au nom des autres ce qu’elle a vécu ou vu, sans jamais s’appesantir ni désespérer. Rien n’est jamais perdu, comme elle le dit dans « La rage de Vivre », chanson en hommage au combat de Grégory Lemarchal. Des notes au fil des mots… Au fil d’influences diverses, des parcours, des musiques, des textes qui l’émeuvent et à travers lesquels elle se reconnaît, Sigrid Flory compose une musique et un univers qui ne ressemblent qu’à elle. Parfois pop rock, parfois sombre ou  légère comme une balade mélancolique, Sigrid cherche les nuances qui racontent la vie, car elle est une conteuse d’histoires vraies dans le miroir desquelles nous nous reflétons tous.  Sigrid n’est « fan » de personne mais touchée par certains textes de Zazie ou les ambiances de

[...]

Avec un cahier spécial 25 ans, de nouvelles rubriques et toujours 25 000 contacts professionnels, l’Irma présente sa 25e édition de L’Officiel de la musique. Outil du quotidien, L’Officiel de la musique recense les professionnels, leurs entreprises et leurs activités, soit plus de 25 000 contacts issus de toutes les branches de la filière (disque, spectacle, médias, formations, organismes, édition/conseil, etc.) et de toutes les esthétiques « musiques actuelles » (rock, chanson, musiques du monde, hip-hop, jazz, musiques électroniques, etc.). Cette année, de nouvelles rubriques font leur apparition :Supervision musicale ; Blogs sectoriels ; Dispositifs d’accompagnements d’artistes ; Productions audiovisuelles et de vidéoclips, captations vidéo À l’occasion de cet anniversaire, L’Officiel de la musique propose un dossier spécial présentant 25 ans d’évolution de la filière musicale et des métiers qui la composent. Une frise chronologique indique les dates majeures pour ce secteur. En complément de ce dossier, des chiffres clés de la filière musicale reprennent une partie du travail du Snep, de la CSDEM/CEMF, du ministère de Travail, de l’Emploi et de la Santé ainsi que de la CPNEF-SV.

[...]

Un violent orage s’est abattu hier après-midi sur l’un des plus gros festivals de rock de Belgique : le festival Pukkelpop qui se déroule à Kiewit, près de Hasselt, dans le Limbourg. Deux scènes se sont effondrées, ainsi que des installations métalliques. Des arbres, des écrans … sont également tombés. Plus de 60 000 personnes étaient présentes sur le festival et l’orage, bien que bref, a été d’une rare violence. Le tragique bilan de cinq morts et d’une quarantaine de blessés a poussé les organisateurs a annoncé l’annulation du festival.

[...]

Créée en 1982, la Fête de la musique célèbre les millions de musiciens amateurs et professionnels à chaque solstice d’été, le 21 juin. Cette année rendez-vous pour la 30ème édition sur le rythme des musiques ultramarines. En 1982, ils étaient quelques-uns à répondre à l’appel du ministère de la Culture et de la Communication pour la première Fête de la Musique. Déjà très enthousiastes, ils avaient dépassé la demi-heure initialement prévue ! Aujourd’hui, cet évènement estival est incontournable dans l’agenda des Français, invitant une foule toujours plus grande à apprécier la musique dans les rues. Le mardi 21 juin 2011 le sera d’autant plus que la très populaire Fête de la Musique célèbrera sa 30ème édition !30 ans de fête plurielle, mêlant tous les styles, tous les publics et tous les pays, depuis trois décennies, artistes et mélomanes de tous âges se retrouvent partout en France, et désormais aux quatre coins du monde, afin de partager ces moments de plaisir et de découverte ! Langage universel, la musique rassemble alors toutes les générations autour de sa diversité. La 30ème édition ne fera pas exception, bien au contraire, et les musiciens répondront à la même invitation depuis 1982 : « Faites de la Musique » ! Le ministère de la Culture et de la Communication inscrit également la Fête de la Musique 2011 dans le cadre de l’année des Outre-mer. Ainsi les musiques de nos régions ultra-marines seront particulièrement mises en lumière : des tambourinaires antillais au dancehall, du reggae au kaneka, du zouk au maloya, récemment inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, ce sont tant les formes traditionnelles que les musiques actuelles qui rayonneront en métropole et dans les îles : quelle meilleure occasion de découvrir l’infinie variété du paysage culturel français ?

[...]

Du 4 au 14 mai 2011 aura lieu le Festival Les Musiques. Le Festival Les Musiques est comme un tracé où s’entrecroisent de nombreux cheminements artistiques et musicaux avec, comme éléments dynamiques, la création et l’innovation ; un parcours où des œuvres nouvelles dialoguent avec les œuvres du répertoire contemporain, plus ancien, sans exclure les langages musicaux classiques et improvisés. Au programme de cette édition 2011, plus de 20 évènements, 15 créations, 49 compositeurs, 60 œuvres et 12 ensembles et orchestres.

[...]

Hier soir avait lieu la première partie des Victoires de la Musique 2011.Scindée en deux, cette édition 2011 remettait hier les prix aux artistes « Révélations ». D’autres prix, qui récompenseront notamment les meilleurs artistes masculin et féminin de l’année, seront remis à Paris le 1er mars 2011. Les Révélations 2011 Album rock Ginger – Gaëtan Roussel Album de musiques électroniques ou danceCheese – Stromae Révélation scène de l’année Ben l’Oncle Soul Album de musiques du monde Handmade – Hindi Zahra Révélation de l’année du public Lilly Wood & The Prick Album de musiques urbaines Château rouge – Abd Al Malik Album de chansons Causes perdues et musiques tropicales – Bernard Lavilliers

[...]

Le site Noomiz.com vient d’ouvrir ses portes au grand public. Cette plateforme sociale permet à tous de découvrir la musique de demain, de la partager légalement, et de soutenir intelligemment ses créateurs.Noomiz a été créée par Antoine El Iman et Thomas Artiguebieille, tous deux ayant occupé des postes stratégiques dans l’industrie de la musique et dans celle des nouvelles technologies. Noomiz développe donc des solutions au service des artistes et des professionnels de la musique, tout en proposant au public de découvrir, de partager et de soutenir la musique de demain.

[...]

Pour les cinq ans du MAC/VAL (Vitry-sur-Seine, 94), Nicolas Frize crée un paysage sonore inspiré des œuvres du nouveau Parcours, Nevermore. A l’issue de plusieurs répétitions, 140 personnes volontaires joueront « Langages d’un jour », une création musicale inédite sur le thème du noir et blanc et de la mémoire, en résonance avec le nouvel accrochage des collections du musée. Plongées dans l’obscurité, les salles seront la scène, le temps d’une soirée, d’une déambulation sonore et visuelle ouverte à tous. Entrée libre, le 20 novembre 2010 de 18h à 22h.

[...]

La 5ème édition du Festival Européen de Musique Renaissance aura lieu au CHATEAU DU CLOS LUCE, Demeure de Léonard de Vinci, les 24, 25, 26 septembre 2010. L’originalité de ce festival est d’associer des formations amateurs de tout premier plan à des ensembles professionnels reconnus au plan international 24 septembre, 21H00Ensemble Entheos – « Un cabaret Renaissance »Direction artistique : Benoit Damant 25 septembre, 15H30Christophe Desjardins, Cécile Grenier, Catherine Demonchy – « Polyphonies de la Renaissance et d’aujourd’hui : une fantaisie d’altiste »Direction artistique : Christophe Desjardins, diapason d’or 2009 26 septembre, 15H30Ensemble « Il Ballo » – « La grâce selon Mantoue » Direction artistique : Leonardo Loredo de Sà

[...]