Exposition de l’artiste Carter : Leg Opens Door / 1963

La galerie Yvon Lambert présentera la première exposition personnelle de l’artiste américain Carter. L’exposition se déroulera du 21 octobre au 6 décembre. L’artiste y présentera une série d’oeuvres nouvelles : deux films 16mm, des sculptures ainsi que des peintures. Le vernissage aura lieu en présence de l’artiste le 21 octobre, de 18 heures à 21 heures.

Né en 1970, Carter a exposé ses oeuvres à la Royal Academy of the Arts à Londres lors de l’exposition USA Today, à White Columns à New York ainsi qu’à l’Université d’Illinois à Chicago. Il a également participé à la 2006 Whitney Biennial Day For Night, ainsi qu’à l’exposition Dereconstruction organisée par le commissaire Matthew Higgs chez Barbara Gladstone à New York.

Constant (James Franco as inanimate object) est un film 16mm en couleur composé de deux séquences filmées.
La première représente une jambe, réplique presque exacte des leg-sculptures de l’artiste américain Robert Grober; la seconde montre l’acteur américain James Franco (connu notamment pour ses rôles dans James Dean, Pineapple Express et la saga des Spider-Man) étendu au sol avec une jambe apparemment amputée.
Ces deux séquences constituent une seule et même scène, filmée des deux côté d’une cloison.
Grand admirateur de l’oeuvre de Gober, Carter a cherché à montrer ce qui pouvait se passer de l’autre côté de ses « murs ».

À côté de ces films, seront présentées des leg-sculptures réalisées par l’artiste à partir de moulages des jambes de James Franco.

Erased James Franco est un film de 65 minutes tourné à la galerie Yvon Lambert Paris en juillet 2008. Carter a proposé à James Franco de rejouer avec une retenue contrainte une série de scènes issues de ses films précédents. À aucun moment, l’acteur n’a pu
s’investir profondément dans l’interprétation d’un personnage. Carter au contraire a dirigé Franco pendant le tournage afin qu’il utilise une voix monotone et qu’il réfrène tout mouvement outré propre aux acteurs. Carter décrit son travail de mise en scène comme « artificiellement détendu – et ce, afin de retenir l’habilité naturelle de James Franco à jouer » : il confère ainsi à son film une tonalité en sourdine.
Grâce à leur collaboration, Carter et Franco ont élaboré une performance qui élargit la problématique du simple jeu mimétique, et ce, d’autant que les scènes ont été jouées les unes à la suite des autres, souvent en une seule prise. Cette succession de personnages inspire à celui qui la regarde la montée d’une sorte de schizophrénie. Au cours du tournage, James Franco est amené à revivre de multiples identités passées ; dans un entretien effectué par la suite, l’acteur décrit cette expérience comme une prise de possession réelle des personnages.

Pour approfondir la performance, Carter a également demandé à James Franco de jouer le rôle de l’actrice Julianne Moore dans le film de Todd Haynes Safe, puis le rôle de l’acteur secrètement homosexuel Rock Hudson dans son film de 1966 Seconds. Ces deux films ont souvent été vus comme des drames psychologiques de l’effacement et de la perte d’identité.
Le titre du film de Carter vient de Erased De Kooning de Robert Rauschenberg, et reprend l’idée de revivre une expérience en l’effaçant. Le film est une reconstruction et une démolition de la carrière de James Franco ; par l’amalgame de performances passées, l’artiste suscite une narration nouvelle et conflictuelle.

Post author