» David LaChapelle  » au Musée de la Monnaie de Paris

C’est dans l’ancienne, mais non moins classe Monnaie de Paris, que l’exposition David LaChapelle est présentée. Composée de deux cent œuvres, vous pourrez la découvrir jusqu’au 31 mai 2009.

Artiste américain, David LaChapelle est un photographe, et réalisateur très connu dans les domaines de la publicité et de la mode. Ses œuvres photographiques sont emplies d’humour et de surréalisme, et dénonce les dérives de notre société. Parfois jugé comme étant vulgaire, ses créations surfent entre kitch et érotisme.

Le parcours de l’exposition se veut thématique nous emportant vers divers chapitres de sa carrière. Les clichés les plus connus de l’artiste sont exposés : les portraits des grandes célébrités, les scènes qui reflètent le « culte » de la personnalité, le monde des Stars Hollywoodiennes, le sensationnalisme de la vanité,…

L’exposition

Les photographies de l’artiste contiennent de nombreux portraits de vedettes américaines : Drew Barrymore, Uma Thurman, Leonardo DiCaprio, Naomi Campbell, le transsexuel Amanda Lepore, Angelina Jolie ou Jude Law. Mêlant trash et glamour, l’artiste admet une certaine noirceur malgré ses mises en scène colorées et baroques.

La série du Déluge montre des mannequins somptueux et parfaits contrastant avec des maisons écrasées, des paysages d’apocalypses. C’est l’une des séries les plus importantes. Inspirée par les fresques de Michel Ange, elle dénonce la société de consommation.

Une série de clichés se détache du lot. L’homme a choisi de s’exprimer autrement. Il saisit des photographies anciennes américaines, et les détourne. Ces photos représentent des scènes familiales auxquels il ajoute des éléments ironiques : un homme qui remplit un biberon de bière, une personne âgée vomissant de l’alcool en pleine réunion,…

La vivacité des couleurs est réalisée grâce à l’utilisation des négatifs couleurs. David LaChapelle ne se sert pas ou peu d’outils technologiques. Il préfère mettre en scène, dans des univers surréalistes et incongrus, plutôt que d’effectuer des retouches photographiques.
C’est le cas parmi les dernières œuvres de l’artiste, puisqu’il construit des décors en 3D, à la manière de livres pour enfants dont le décor se déplie en relief. Les thèmes sont toujours provocateurs, passant de visions d’horreurs (la guerre, le sang) à celles d’orgies (nus, sexes).

David LaChapelle se veut artiste « bling bling » mais proche du grand public. A travers ses créations, c’est la libération même de ses angoisses qu’il effectue et qu’il met à portée de tous. Il rapproche les individus tel le descendant d’Andy Warhol. C’est sa propre vision de la société qu’il met ici en scène, de façon plus contemporaine et plus provocatrice que son aïeul.

Post author